Un atelier des parties prenantes sur le Projet de développement, de construction, d’exploitation et de maintenance de la centrale thermique au gaz dans la commune d’Owendo, s’est tenu le 11 mars dernier à Libreville.

Cette rencontre avait plusieurs objectifs. Donner un aperçu, édifier les parties prenantes sur les différentes phases du projet et son développement. Et enfin, recueillir leurs commentaires sur le projet.

Selon les responsables de Gabon Power Company, le projet consiste à développer, financer, concevoir, construire, exploiter et maintenir une centrale thermique au gaz d’une capacité de cent vingt mégawatts (120 MW). Le site du Projet se situe dans le deuxième arrondissement de la commune d’Owendo, quartier d’Akournam, à environ 15 kilomètres au Sud de la capitale, Libreville.

Le projet est porté par le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), à travers sa filiale, Gabon power company (GPC). Il est conjointement développé par GPC et Wärtsilä à travers une société projet de droit gabonais Orinko S.A.

Cette centrale sera exploitée et maintenue pendant une durée de 15 ans par Wärtsilä. A l’issue de cette période, les responsabilités d’exploitation et de maintenance de la centrale seront transférées au gouvernement gabonais. La durée de vie de la centrale est évaluée à 25 ans au minimum.

L’objectif à terme est de pérenniser la production d’électricité du Gabon dédiée au réseau, en proposant quatre principaux axes. Il s’agit de soutenir pleinement à l’économie gabonaise, par la création d’emplois locaux, le transfert de compétences et une contribution positive aux revenus fiscaux du pays.

En outre, il devrait répondre aux exigences environnementales locales et internationales, par l’utilisation plus efficace des ressources gazières et l’amélioration de l’existant en termes d’émissions et de nuisances sonores ;

Le troisième axe vise une solution économique. Cela, en offrant un tarif compétitif de génération électrique. La dernière composante repose quant à elle, sur la mise en place d’une solution pérenne, avec un retour des actifs en excellente condition de marche avec une durée de vie significative à l’issue du Contrat d’Achat d’Energie (CAE) long terme (15 ans).

En termes de spécificités, la centrale électrique sera équipée de 12 groupes moteurs et alternateurs. Il est basé sur cette technologie qui peut s’adapter à une charge fluctuante et évolutive avec la capacité de fonctionner à pleine charge ou à charge partielle tout en conservant un rendement élevé que d’autres technologies ne permettent pas.

Durant l’atelier, le Directeur général de GPC, Marcellin Massila Akendengué a tenu à rassurer sur la construction de cette centrale. « Fin 2022 nous démarrons les premiers travaux ; les études techniques sont terminées, nous attendons juste les questions d’études d’impact environnemental et social et la question essentielle qui est le plan d’action de réinstallation des ménages qui sont impactés dans la zone du projet », a-t-il indiqué.

Quant à Marie Françoise Dikoumba, gouverneur de la province de l’Estuaire, elle s’est réjouit des détails fournis par les parties prenantes. « Les parties prenantes ce sont exprimées et nous avons eu l’assurance du porteur sur le déroulement et la mise en œuvre dudit projet », a-t-elle déclaré.

Selon les informations recueillies, «La mise œuvre du projet de développement, de construction, d’exploitation et de maintenance de la centrale thermique au Gaz dans la commune d’Owendo, devra améliorer les conditions de vie des populations souvent confrontées aux récurrents délestages. Elle va aussi augmenter l’offre énergétique dans cette ville côtière industrielle ».

La phase de construction de ladite centrale va durer 21 mois, à compter du quatrième trimestre 2022, au troisième trimestre 2024. Quant à la mise en service, elle est prévue entre la deuxième moitié de 2024 et le premier trimestre 2025.

Un site de relogement des familles impactées sera identifié sous peu, par la commune d’Owendo. Enfin, le nombre d’employés dépendra quant à lui, de la charge de travail occasionnée par les travaux et atteindra un pic de près de 335 personnes mobilisées, renseigne-t-on du côté de GPC.

Lien de l’article

You might also like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.